Les vaccins COVID-19 réduisent les taux d’hospitalisation et de mortalité, contrairement aux affirmations des médias sociaux

Récapitulatif SciCheck

Ceux qui ne sont pas vaccinés contre le COVID-19 sont plus sujets aux maladies graves et meurent à des taux plus élevés que ceux qui sont vaccinés. Mais des comptes partisans sur les réseaux sociaux, y compris un message d’un membre de l’équipe juridique de campagne de l’ancien président Donald Trump, continuent de suggérer de manière trompeuse que les vaccins sont inutiles et découragent leur utilisation.



histoire complète

Le représentant démocrate Frank Pallone du New Jersey a annoncé sur Twitter le 8 avril qu’il avait été testé positif au COVID-19.

Pallone – qui a 70 ans, ce qui est dans la tranche d’âge pour un risque élevé d’avoir une issue grave – a également écrit: “Heureusement, je suis vacciné et doublement boosté, donc mes symptômes sont légers.”

Peu de temps après, Jenna Ellis, une avocate qui a fait partie de l’équipe juridique de l’ancien président Donald Trump, a répondu par un tweet qui disait : « Pourquoi ces idiots REMERCIENT-ILS encore le vaccin ? De nombreuses personnes NON vaccinées n’ont également présenté aucun symptôme ou des symptômes légers. Arrêtez de pousser le vax. Elle a également publié des captures d’écran des tweets sur Facebook et Instagram.

Cet échange reflète la politisation des conseils de santé publique qui a obscurci la réponse à la pandémie depuis le début.

Nous avons déjà écrit sur les différences dans les résultats du COVID-19 pour ceux qui sont vaccinés et ceux qui ne le sont pas. Généralement, ceux qui ont été vaccinés s’en sortent mieux.

Comme l’a expliqué la clinique Mayo, “les personnes entièrement vaccinées avec une infection percée sont moins susceptibles d’avoir une maladie grave avec COVID-19 que celles qui ne sont pas vaccinées. Même lorsque les personnes vaccinées développent des symptômes, ils ont tendance à être moins graves que ceux ressentis par les personnes non vaccinées.

Les données des Centers for Disease Control and Prevention montrent des taux d’hospitalisation significativement plus élevés pour les patients COVID-19 qui ne sont pas vaccinés par rapport à ceux qui sont complètement vaccinés.

Pour la tranche d’âge de Pallone, en particulier – les adultes de 65 ans et plus – le taux de patients non vaccinés pour 100 000 qui ont été hospitalisés était de 79, tandis que le taux de patients vaccinés était de 15 pour la semaine se terminant le 26 février, la semaine la plus récente pour laquelle le CDC a publié des données. Ces taux étaient en baisse par rapport à un sommet de 481 et 55, respectivement, lorsque la variante omicron du virus qui cause le COVID-19 a culminé en janvier.

Dans l’ensemble, a déclaré le CDC, les deux vaccins disponibles aux États-Unis qui utilisent la technologie de l’ARNm – de Pfizer/BioNTech et Moderna – réduisent de 94 % le risque d’hospitalisation pour les personnes de 65 ans et plus.

De plus, des études ont montré que les vaccins ont été efficaces pour prévenir les maladies graves dues au COVID-19. Une étude britannique en septembre a révélé qu’en cas de percée d’infections, les chances de ne présenter aucun symptôme après la deuxième dose d’un vaccin COVID-19 augmentaient de 94%.

Presque tous les symptômes ont été signalés moins fréquemment chez les personnes infectées vaccinées que chez les personnes infectées non vaccinées, et les participants vaccinés étaient plus susceptibles d’être complètement asymptomatiques, surtout s’ils avaient 60 ans ou plus », l’étude, publiée dans Les maladies infectieuses du Lancet journal, trouvé.

Une autre étude menée aux États-Unis et publiée en juillet a révélé que le risque de fièvre et la durée de la maladie étaient tous deux plus faibles chez les patients vaccinés COVID-19 que chez les patients non vaccinés. “Les vaccins à ARNm autorisés étaient très efficaces chez les adultes en âge de travailler pour prévenir l’infection par le SRAS-CoV-2 lorsqu’ils étaient administrés dans des conditions réelles, et les vaccins ont atténué la charge d’ARN viral, le risque de symptômes fébriles et la durée de la maladie chez ceux qui avaient une percée l’infection malgré la vaccination », l’étude, publiée dans le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre, mentionné.

Cependant, ces deux études sont antérieures à la récente poussée d’omicron, et ni la primo-vaccination ni l’immunité naturelle n’ont été très efficaces pour arrêter l’infection contre la variante omicron. Cependant, les doses de rappel du vaccin ont augmenté la protection, selon des recherches préliminaires.

La suggestion d’Ellis selon laquelle il y a peu de différence dans les résultats du COVID-19 entre les vaccinés et les non vaccinés est fausse.

Poussant cette affirmation encore plus loin, cependant, un mème a circulé sur les comptes de médias sociaux conservateurs disant : « les non vaccinés ne meurent pas ». C’est manifestement faux.

Semblables aux taux d’hospitalisation des non vaccinés par rapport aux vaccinés, les données du CDC montrent que non seulement les personnes non vaccinées meurent, mais elles meurent à des taux nettement plus élevés que ceux qui sont vaccinés.

Par exemple, alors que l’omicron a culminé en janvier, les personnes non vaccinées âgées de 5 ans et plus avaient un risque de décès 9 fois plus élevé que celles qui avaient été vaccinées avec au moins la première série de doses, selon le CDC. Le risque de mourir du COVID-19 était 21 fois plus élevé pour les personnes non vaccinées âgées de 12 ans et plus par rapport à celles qui avaient été vaccinées avec la série primaire et une dose de rappel.

Note de l’éditeur : Le projet COVID-19/Vaccination de SciCheck est rendu possible grâce à une subvention de la Fondation Robert Wood Johnson. La fondation n’a aucun contrôle sur les décisions éditoriales de FactCheck.org, et les opinions exprimées dans nos articles ne reflètent pas nécessairement les vues de la fondation. L’objectif du projet est d’augmenter l’exposition à des informations précises sur le COVID-19 et les vaccins, tout en réduisant l’impact de la désinformation.

sources

Pallone, Franck (@FrankPallone). “J’ai été testé positif au COVID-19 aujourd’hui. Heureusement, je suis vacciné et j’ai reçu un double rappel, donc mes symptômes sont légers. Veuillez vous faire vacciner et booster si vous ne l’avez pas déjà fait pour vous protéger, vous et votre famille. Twitter. 8 avril 2022.

Ellis, Jenna (@JennaEllisEsq). « Pourquoi ces idiots REMERCIENT-ILS encore le vaccin ? De nombreuses personnes NON vaccinées ont également présenté des symptômes nuls ou légers. Arrêtez de pousser le vax. Twitter. 8 avril 2022.

Gore, D’Angelo. “Dernières données du CDC : les adultes non vaccinés sont 97 fois plus susceptibles de mourir du COVID-19 que les adultes boostés.” FactCheck.org. 9 février 2022.

Jaramillo, Catherine. “Données COVID-19 comparant vaccinés vs. Les non vaccinés continuent d’être disponibles, contrairement aux publications virales. FactCheck.org. 1 avril 2022.

Hale Spencer, Saranac. “Les vaccins COVID-19 ont évité des décès, contrairement aux graphiques trompeurs sur les réseaux sociaux.” FactCheck.org. 2 mars 2022.

Clinique Mayo. « Complètement vacciné ? Obtenir les faits.” 4 mars 2022.

Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. Taux d’hospitalisations COVID-19 confirmées en laboratoire par statut vaccinal. Consulté le 12 avril 2022.

Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. Taux d’hospitalisations associées au COVID-19 par statut vaccinal chez les adultes âgés de ≥ 65 ans, janvier 2021 à février 2022. Consulté le 13 avril 2022.

Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. “Risques COVID-19 et informations sur les vaccins pour les personnes âgées.” Consulté le 13 avril 2022.

Antonelli, Michela, et al. “Facteurs de risque et profil de la maladie de l’infection par le SRAS-CoV-2 post-vaccination chez les utilisateurs britanniques de l’application COVID Symptom Study : une étude cas-témoin prospective, communautaire, imbriquée.” Le Lancet. 1er septembre 2021.

Thompson, Mark G., et al. “Prévention et atténuation de Covid-19 avec les vaccins BNT162b2 et ARNm-1273.” Le New EnglandJournal of Medicine. 22 juillet 2021.

Robertson, Lory. “Des études montrent une immunité renforcée contre Omicron avec des doses de rappel.” FactCheck.org. 28 janvier 2022.

Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. Taux de cas de COVID-19 et de décès par statut vaccinal. Consulté le 14 avril 2022.

Leave a Comment