La Corée du Sud lèvera toutes les règles de distanciation sociale, à l’exception du port du masque (PM)

La Corée du Sud lèvera toutes les règles de distanciation sociale du COVID-19, à l’exception d’un mandat de masque, la semaine prochaine, a déclaré vendredi le Premier ministre Kim Boo-kyum, marquant la première fois que toutes les restrictions ont été levées depuis le début de la pandémie il y a deux ans.

À partir de lundi, les restaurants, cafés et autres petites entreprises pourront fonctionner librement sans couvre-feu, tandis que la limite de la taille des rassemblements privés sera supprimée, a déclaré Kim lors d’une réunion de réponse au COVID-19.

Actuellement, ces entreprises sont autorisées à ouvrir jusqu’à minuit et les rassemblements privés sont limités à 10 personnes.

“L’omicron a montré des signes d’affaiblissement significatif après avoir culminé la troisième semaine de mars”, a déclaré Kim. “Alors que la situation virale est stabilisée et que les capacités de notre système médical sont confirmées, le gouvernement a décidé de lever avec audace les mesures de distanciation sociale.”

Le mandat de masque, cependant, sera maintenu pour le moment, car le gouvernement surveille la tendance des infections au COVID-19 au cours des deux prochaines semaines, a déclaré Kim.

“Le port d’un masque d’intérieur sera inévitable pendant un temps considérable”, a déclaré Kim. “En ce qui concerne le port du masque en plein air, qui présente un risque relativement plus faible, nous déciderons après deux semaines sur la base d’un examen de la situation virale.”

Le Premier ministre a également annoncé la suppression du plafond de 299 personnes pour les événements et rassemblements à grande échelle, ainsi que le plafond de capacité de 70 % pour les lieux de culte.

Manger à l’intérieur des cinémas, des gymnases intérieurs et des installations religieuses sera autorisé à partir du 25 avril, une semaine après la suppression de toutes les autres restrictions, pour laisser le temps aux autorités et aux industries compétentes de préparer des mesures pour protéger les utilisateurs contre l’infection, a-t-il déclaré.

La Corée du Sud a introduit pour la première fois des mesures de distanciation sociale en mars 2020, en commençant par une recommandation de suspendre les opérations des installations religieuses et de sélectionner des entreprises.

En janvier 2021, le gouvernement a imposé une limite de cinq personnes aux rassemblements privés dans tout le pays avant de resserrer davantage les restrictions pour inclure un plafond de deux personnes sur les rassemblements nocturnes et les plats à emporter uniquement dans les cafés.

Dans le cadre d’un programme de “retour progressif à la normale”, le gouvernement avait assoupli les règles de distanciation en novembre dernier, mais les a ensuite annulées alors que le nombre de cas augmentait.

“Ainsi, nous pourrons repartir sur la voie d’un retour progressif à la normale”, a déclaré Kim.

“Même si le gouvernement fait pression pour un retour à la normale, nous nous préparerons minutieusement en supposant que le risque peut revenir. Nous renforcerons notre système de surveillance contre de nouvelles variantes et une résurgence, et nous nous préparerons à réactiver rapidement nos ressources médicales à un niveau correspondant. au cas où une crise serait détectée », a-t-il ajouté.

Le 25 avril, Kim a déclaré que le gouvernement réduirait le niveau de maladie infectieuse du COVID-19 d’une “maladie infectieuse de classe 1” à une “classe 2”. Cela permettrait aux patients de recevoir un traitement dans les cliniques et hôpitaux locaux tout en maintenant leur vie normale sans quarantaine.

Pour minimiser la confusion et laisser suffisamment de temps au système de santé pour s’adapter, les changements correspondants seront mis en œuvre sur une période de transition de quatre semaines, laissant à la nouvelle administration le soin d’évaluer et de décider de supprimer complètement la classification.

“Lorsque la classe sera complètement ajustée ultérieurement, il y aura de nombreux changements, et le mandat de quarantaine qui est en place depuis plus de deux ans sera changé en recommandation, tandis que les traitements à domicile qui ont été introduits à la fin de l’année dernière ne s’appliquera plus”, a-t-il déclaré.

En tant que maladie de classe 1, la plus élevée dans un système de classification à quatre niveaux, le COVID-19 relève actuellement de la même catégorie que des maladies telles que le virus Ebola et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient. (Yonhap)

.

Leave a Comment