La vie sociale des animaux par Ashley Ward

Dans un monde inondé de livres poussant des arguments brillants et étriqués sur les capacités cognitives et sociales de certains animaux, le brillant d’Ashley Ward La vie sociale des animaux revigore et étonne avec des histoires bien racontées sur les espèces à travers le règne animal. Ward n’a aucune hache à moudre et aucune dissertation à vendre. Il veut simplement éveiller les lecteurs aux détails fascinants de la vie des animaux coopératifs.

Ward est le directeur du Animal Behavior Lab à l’Université de Sydney; il enseigne et effectue des travaux de terrain dans des lieux exotiques. Cela explique peut-être sa capacité à donner ce qu’il écrit sur ses recherches et celles de générations d’autres avec un balayage panoramique. Nous apprenons de lui des nouvelles surprenantes et parfois hilarantes sur les abeilles, les essaims de criquets, les termites et les fourmis, sur les guppys, les humbugs et les piranhas, sur les étourneaux, les pigeons, les corbeaux, les corbeaux et les mésanges, et ainsi de suite sur les espèces de rongeurs, animaux de troupeau , les grands carnivores dont les chiens et les lions, les mammifères aquatiques et les primates.

Ward dessine chaque scène de manière intrigante, donnant une idée du paysage et des personnages impliqués, puis laisse chaque scène regorger d’apprentissage social et de communication entre et entre les espèces animales. Son style de narration a fait de moi un fan des rats (évidemment, ils sont gentils, tant que vous avez déjà été gentil avec eux) et des hyènes (ils peuvent être affectueux). Après avoir lu le livre de Ward, je soupçonne maintenant que je sais pourquoi je bâille dans certaines situations. (Chez les babouins, de toute façon, cela peut être un moyen de signaler que vous n’êtes pas dangereux.) Je n’ai plus honte lorsque j’essaie de me soustraire à la responsabilité d’une impatience occasionnelle. (Koko, un gorille qui a été élevé au zoo de San Francisco et a enseigné la langue des signes, a une fois arraché un évier d’un mur et a essayé de blâmer le chat.) Les chimpanzés s’embrassent pour se réconcilier. Les bonobos font l’amour pour dire bonjour.

Hé, nous sommes tous humains.

En fait, Ward ne dit jamais ça ou quelque chose comme ça. Il n’établit aucun parallèle simpliste pour faire quoi que ce soit comme un argument “toute la vie a la même valeur” ou “soyons tous végétariens à partir de maintenant”. Bien qu’il dise explicitement que les sociétés qui forment les animaux sociaux ont des parallèles évidents avec les sociétés humaines. Ils partagent certaines de nos forces et certaines de nos faiblesses. Pas tous, certains. Oui, nous pouvons défendre notre territoire. Mais la prochaine fois que nous prendrons une bombe anti-insectes pour éliminer, disons, les termites ou les fourmis de cuisine, nous voudrons peut-être au moins cligner des yeux et reconnaître le coût social de ce que nous sommes sur le point de faire.

__

La vie sociale des animaux

Par Ashley Ward

384 pages.

Livres de base.

Date de publication 1 mars 2022

LIVRE ÉLECTRONIQUE 17,99 $ / ISBN-13 : 9781541600843

COUVERTURE RELIÉE 30,00 $ / ISBN-13 : 9781541600836

.

Leave a Comment