La croissance reste la réponse aux problèmes économiques mondiaux

En 1931, John Maynard Keynes publie un court essai intitulé « Economic Possibilities for Our Grandchildren » dans lequel il considère la possibilité de résoudre ce qu’il appelle « le problème économique ». Selon Keynes, la question de la rareté aurait dû être traitée au début du XXIe siècle. Des décennies de progrès capitaliste laisseraient à la société la capacité de produire les ressources nécessaires pour garantir à chacun un bon niveau de vie. Le problème, à ce stade, serait de trouver des moyens de passer du temps libre bien mérité.

Plus de 90 ans plus tard, il est juste de dire que la prédiction d’abondance de Keynes n’était pas fausse : l’échelle des possibilités de production qui s’offrent à nous en 2022 est bien au-delà de ce qu’il imaginait probablement en 1931. Mais les « problèmes économiques » n’ont pas disparu. . En fait, il y a un débat intellectuel qui fait rage sur la façon de définir nos principaux problèmes et ce qu’il faut faire à leur sujet. Trouver un moyen de créer plus de croissance est-il toujours la clé d’une bonne société ? Ou notre principal problème économique consiste-t-il à trouver un moyen de faire face aux inégalités et à la dégradation de l’environnement ?

La contribution la plus récente à ce débat vient de Jonathan Haskel, professeur d’économie à l’Imperial College Business School, et de Stian Westlake, directeur général de la Royal Statistical Society. Ils se situent résolument dans le camp « plus de croissance ». Leur livre, Commencer l’avenir, suggère que le capitalisme peut être revitalisé en promouvant « de nouveaux investissements » dans ce qu’ils appellent le « capital immatériel ». Cette thèse s’appuie sur leur dernier effort collectif, Capitalisme sans capital, publié en 2017. Dans ce livre, Haskel et Westlake ont décrit comment le système capitaliste est passé de l’investissement dans le capital physique, comme les machines et les usines, au capital immatériel, comme les logiciels. Il est important de noter que ce type de capital se comporte différemment des actifs physiques : plus il constitue l’économie, plus il peut modifier la dynamique du capitalisme lui-même.

Dans leur dernier article, Haskel et Westlake affirment que la vitesse de ces changements dans le capitalisme n’a pas été accompagnée de développements dans les institutions qui régissent l’économie. Par exemple, les dépenses publiques en recherche et développement reposent toujours sur la production de plus de nouvelles recherches alors que l’innovation de bonne qualité découle désormais de combinaisons uniques de différents types de capitaux existants. Le résultat de ces « retards institutionnels » a été des investissements inférieurs à la normale dans les actifs incorporels et une faible croissance économique. La solution proposée par Haskel et Westlake est une gamme de solutions institutionnelles qui stimuleront la prospérité dans la nouvelle économie riche en actifs incorporels.

Le livre est le plus fort lorsqu’il explore habilement les politiques qui pourraient aider à dynamiser l’investissement. Ici, en tant qu’économistes, les auteurs peuvent jouer sur leur propre terrain – en explorant la meilleure façon de presser le jus de l’orange intangible. Dans une série de discussions politiques sur les villes, la finance, la concurrence et le financement de la R&D, ils décrivent comment les actifs incorporels peuvent être exploités pour créer de la croissance et ce qui peut être fait de plus pour gérer les impacts indésirables de la transformation économique, tels que le fossé croissant entre les villes et les villages. . .

Plus controversé est leur argument selon lequel dynamiser le moteur de croissance du capital immatériel apportera une solution à nos problèmes économiques politiques actuels. Cette idée repose sur une théorie du changement social où la stabilité politique et économique est essentiellement déverrouillée par la croissance. Cette croissance repose à son tour sur la recherche du bon « code » institutionnel pour débloquer le type d’échange de marché qui apporte la prospérité, des citoyens heureux et une société florissante.

Il est intéressant de spéculer sur ce que Keynes aurait fait de cet argument. Il est indéniable qu’il aurait été impressionné par la vision de Haskel et Westlake d’une société prospère, exploitant le pouvoir de l’investissement « immatériel » pour créer de grands sauts de productivité et de production. Il se peut également, soupçonne-t-on, qu’il ait été sceptique quant à savoir si la poursuite de la croissance dans une ère d’abondance historique relative est toujours le principal « problème économique ». C’est particulièrement le cas à une époque où l’orientation vers la croissance du capitalisme est de plus en plus indissociable de certaines des crises environnementales existentielles qui se chevauchent et auxquelles nous sommes confrontés.

Les idées de Haskel et Westlake sur la façon dont les institutions inhibent actuellement une économie dominée par les actifs incorporels sont précieuses. Leurs recommandations, si elles sont adoptées, pourraient bien débloquer une croissance supplémentaire. Mais cela seul ne peut pas créer un avenir meilleur : le « problème économique » est désormais bien plus complexe que cela.

Commencer l’avenir: Comment réparer l’économie immatérielle de Jonathan Haskel et Stian Westlake, Princeton University Press, 22 £, 320 pages

Leave a Comment