Les verrouillages COVID m’ont amené à me demander: la socialisation sera-t-elle à nouveau la même?

À mi-chemin du verrouillage prolongé de la COVID à Melbourne, je me suis retrouvé à vivre seul pour la première fois de ma vie d’adulte.

Je venais d’avoir 50 ans et soudain, à part mon chat, mes amis sont devenus le nouveau centre de mon écosystème de soutien. Même dans les limites des restrictions COVID, ils ne m’ont pas laissé tomber.

En fait, alors que je me suis habitué à rencontrer mon ami célibataire à bulles pour des promenades sur la plage dans ma région et que je me suis senti prospérer dans mon propre travail solitaire, mon vélo et ma routine de yoga, j’ai presque apprécié les verrouillages prolongés.

Pourtant, avec la levée des confinements, quelque chose d’inattendu s’est produit : beaucoup d’entre nous ont hésité à replonger dans nos vies sociales auparavant surpeuplées.

Au lieu d’embrasser la nouvelle liberté post-COVID, l’idée de se réimmerger dans des environnements sociaux surpeuplés et de naviguer dans de vieilles amitiés qui ont été laissées en sommeil et désincarnées pendant COVID, est devenue une source d’anxiété.

Beaucoup se sont demandé : nos mondes sociaux se sentiront-ils à nouveau tout à fait les mêmes ?

.

Leave a Comment