L’Institute for Rebooting Social Media annonce sa première cohorte de chercheurs invités

Le Berkman Klein Center for Internet & Society de l’Université de Harvard a récemment annoncé la cohorte inaugurale de chercheurs invités de son Institute for Rebooting Social Media.

Une ambitieuse initiative de recherche « popup » de trois ans, l’Institute for Rebooting Social Media est conçu pour accélérer les progrès en s’attaquant aux problèmes les plus urgents des médias sociaux. Conçu par le professeur Jonathan Zittrain ’95, George Bemis professeur de droit international et professeur d’informatique, et James Mickens, professeur Gordon McKay d’informatique, l’Institut réunira des praticiens, des décideurs, des universitaires et des étudiants de classe mondiale pour améliorer le l’avenir des médias sociaux et de la communication en ligne.

La première cohorte de chercheurs de cette année – avec des disciplines allant du droit et de la philosophie à l’informatique et à l’informatique – utilisera son temps au cours de l’année universitaire 2022-2023 pour collaborer les uns avec les autres sur les travaux existants et commencer de nouvelles pistes de recherche.

“Beaucoup d’entre nous réfléchissent à ce qu’il faut faire de l’état des médias sociaux sans même être en mesure de bien comprendre ce qu’ils nous font et où ils nous mènent”, a déclaré Zittrain, qui est codirecteur de l’Institute for Rebooting. Des médias sociaux. “Ce groupe extraordinaire d’universitaires représente certains des meilleurs efforts pour appliquer habilement une pensée académique rigoureuse à des phénomènes complexes et en évolution rapide, avec un œil sur les interventions qui aident sans aggraver quoi que ce soit d’autre.”

Les neuf chercheurs – Joanne Armitage, Ibtissam Bouachrine, Jabari Evans, Greg Gondwe, Kate Klonick, David Nemer, Yong Jin Park, Jon Penney et Elissa Redmiles – ont mené des recherches pionnières sur les médias sociaux et les perspectives d’interventions pour les améliorer.

Avec l’Institut, ces chercheurs se concentreront sur divers sujets, tels que la décolonisation des entreprises de médias sociaux en Afrique subsaharienne, la désinformation en ligne liée aux élections générales de 2022 au Brésil et la violence numérique contre les femmes musulmanes.

« Nous sommes ravis d’accueillir officiellement nos premiers chercheurs invités dans la communauté grandissante de l’Institut », a déclaré Mickens, codirecteur de l’Institute for Rebooting Social Media. “Nous sommes impatients d’apprendre avec eux et d’aborder des domaines d’intérêt commun, notamment la gouvernance numérique, la liberté d’expression, la confidentialité, la conception d’infrastructures communautaires, ainsi que les inégalités et la discrimination en ligne.”

Les chercheurs invités passeront une partie de l’année universitaire en résidence à
La nouvelle maison du Berkman Klein Center au Reginald F. Lewis Law Center de la Harvard Law School. En plus de leurs propres projets, les chercheurs travailleront avec des étudiants, du personnel et des affiliés de Harvard, ainsi qu’avec la communauté élargie de Berkman Klein, dans le but de produire des recherches à la fois rigoureuses sur le plan académique et accessibles à divers publics.

Le programme de chercheurs invités fait partie du portefeuille plus vaste de programmes, de recherche et d’opportunités éducatives de l’Institute for Rebooting Social Media. Le programme se déroulera chaque année pendant la durée de trois ans de l’Institut, renforçant la communauté de chercheurs interdisciplinaires s’attaquant aux problèmes les plus difficiles des médias sociaux.

À propos des chercheurs invités :

Joanne Armitage est maître de conférences en médias numériques à l’École des médias et de la communication de l’Université de Leeds. Son travail examine l’impact de la technologie numérique sur le développement communautaire et l’activisme. Ses recherches à l’Institut exploreront comment les technologies des médias sociaux peuvent être réinventées grâce à des pratiques peu technologiques, lentes et sans technologie.

Ibtissam Bouachrine est professeur au Smith College. Ses intérêts de recherche actuels se situent à l’intersection de la technologie, de l’éthique, du droit et des droits des femmes dans les sociétés à majorité musulmane. En tant que chercheuse invitée, elle effectuera des recherches sur un projet de livre provisoirement intitulé « La vie numérique des femmes musulmanes ».

Jabari Evans est un artiste Hip-Hop (pka Naledge) et professeur assistant à la
Université de Caroline du Sud. Son temps à l’Institut sera consacré à deux projets : dans son premier projet, il travaillera sur “(Clout)chasers” (Lexington Books, à paraître), une collection d’articles empiriques qui traitent de la manière dont les jeunes noirs sont confrontés à la discrimination dans la culture des créateurs. et le divertissement sur les réseaux sociaux malgré le fait qu’ils détiennent un énorme capital créatif dans leurs communautés. Pour son deuxième projet, Evans développera et produira un podcast qui interviewera des universitaires et des influenceurs sur les questions de race dans la culture des créateurs.

Greg Gondwe, professeur adjoint d’études de journalisme à la California State University–San Bernardino, rejoint l’Institute for Rebooting Social Media pour explorer comment les influenceurs des médias sociaux en Afrique subsaharienne « décolonisent et déjouent » les plateformes de médias numériques. Son travail examinera les questions de gouvernance numérique, de surveillance, de censure, d’algorithmes et de résistance.

kate klonick est professeur agrégé à la faculté de droit de l’Université St. John’s et membre du projet sur la société de l’information de la Brookings Institution et de la faculté de droit de Yale. Ses recherches sur la parole en ligne, la liberté d’expression et la gouvernance privée ont été publiées dans la Harvard Law Review, le Yale Law Journal, le New Yorker, le New York Times, l’Atlantique, le Guardian et de nombreuses autres publications.

David Némer est professeure adjointe au département d’études médiatiques de l’Université
Université de Virginie. Il est l’auteur de « Technology of the Oppressed » (MIT Press, 2022) et de « Favela Digital : The other side of technology » (Editora GSA, 2013). Pendant son séjour à l’Institut, Nemer développera une infrastructure pour surveiller et analyser les campagnes de désinformation en ligne qui se déroulent au cours de cette année électorale au Brésil.

Parc Yong Jin est professeur au Département d’études sur la communication, la culture et les médias de l’Université Howard. Ses recherches à l’Institute for Rebooting Social Media porteront sur les biais algorithmiques, la diversité et l’utilisation des données personnelles, en mettant l’accent sur la création, la gouvernance et l’économie des algorithmes de médias sociaux.

Jon Penney, professeur agrégé à la Osgoode Hall Law School, est un juriste et un spécialiste des sciences sociales possédant une expertise à l’intersection du droit, de la technologie et des droits de la personne. Son travail à l’Institut examinera les impacts des efforts juridiques et basés sur les plateformes pour protéger la vie privée dans le contexte plus large des débats autour du pouvoir, de la responsabilité et de la réglementation des plateformes.

Elissa Redmiles est membre du corps professoral et chef de groupe de recherche au Max Planck Institute for Software Systems. Ses recherches primées utilisent une variété de méthodes informatiques, économiques et de sciences sociales pour étudier la sécurité dans les systèmes numériques. Redmiles se concentre sur la conception de solutions pour assurer la sécurité numérique pour tous, en particulier ceux des groupes marginalisés. À l’Institut, elle se concentrera sur la recherche fondamentale pour concevoir des technologies de confidentialité plus respectueuses qui alignent les valeurs humaines sur les protections techniques de la confidentialité.

Leave a Comment