Le vieillissement de la population turque pèse sur l’économie-Xinhua

Des personnes âgées sont vues dans un parc à Ankara, en Turquie, le 29 mars 2022. (Photo de Mustafa Kaya/Xinhua)

Le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans en Turquie en 2021 a augmenté de 24 % par rapport à 2016 pour atteindre 8,25 millions, soit 9,7 % de la population totale. Le vieillissement démographique pourrait affecter la croissance économique de la Turquie dans les années à venir.

par Burak Akinci

ANKARA, 30 mars (Xinhua) — En tant que pays qui comptait autrefois l’une des populations les plus jeunes d’Europe, la Turquie a vieilli rapidement ces dernières années, ce qui entraîne lentement son économie vers le bas.

Le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans en Turquie a considérablement augmenté, passant de 6,65 millions en 2016 à 8,25 millions en 2021, en hausse de 24 %, selon les chiffres publiés la semaine dernière par l’Institut turc des statistiques.

Parallèlement, la proportion de personnes âgées dans la population totale de la Turquie est de 9,7 % en 2021, contre 8,3 % en 2016.

“La démographie vieillissante finira par créer un manque de demande car les personnes âgées ont tendance à dépenser moins, et par conséquent le taux de croissance de la Turquie chutera dans les années à venir”, a déclaré à Xinhua Baki Demirel, professeur associé au département d’économie de l’Université de Yalova.

Des personnes âgées passent devant un magasin dans une rue d’Ankara, en Turquie, le 29 mars 2022. (Photo de Mustafa Kaya/Xinhua)

Selon les projections démographiques officielles actuelles, la proportion de la population âgée devrait être de 10,2 % en 2023, 12,9 % en 2030 et 16,3 % en 2040.

Un autre domaine problématique est le marché du travail où moins de personnes devraient entrer et celles-ci seront obligées de soutenir avec leurs impôts et leurs cotisations de sécurité sociale une population croissante de retraités de l’État, a-t-il déclaré.

Malgré les tentatives du gouvernement d’inciter à avoir des familles plus nombreuses, le taux de fécondité de la Turquie continuera probablement de baisser – pesant sur son économie avec des travailleurs plus âgés et plus chers, des coûts de santé plus élevés et un pouvoir d’achat plus faible pour les jeunes citoyens, a ajouté l’économiste.

Des personnes âgées marchent dans une rue d’Ankara, en Turquie, le 29 mars 2022. (Photo de Mustafa Kaya/Xinhua)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan est un ardent défenseur de l’augmentation de la population et a appelé les familles à avoir plus d’enfants.

Le dirigeant turc a régulièrement exhorté les femmes turques à avoir jusqu’à trois enfants, affirmant que le pays avait besoin “de plus grands nombres pour notre population en tant que nation”.

Mais malgré toutes ces politiques, le taux de croissance de la population turque ne s’est pas accéléré, et au contraire, il est sur une trajectoire descendante.

Murat Seker, directeur du Centre de recherche sur les politiques urbaines de l’Université d’Istanbul, a souligné que les conditions économiques jouent un rôle important dans la baisse du taux de fécondité.

Des personnes âgées sont vues dans une rue d’Ankara, en Turquie, le 29 mars 2022. (Photo de Mustafa Kaya/Xinhua)

La Turquie doit développer des politiques pour la population vieillissante, en particulier des politiques de sécurité sociale, car dans 20 ans, elle aura besoin de plus d’établissements de santé que d’écoles primaires, a-t-il déclaré au Hurriyet Daily News.

Pendant ce temps, l’immigration pourrait offrir un soulagement à la pénurie de main-d’œuvre à l’avenir, car la Turquie accueille près de 4 millions de Syriens, dont l’âge moyen est d’un peu plus de 22 ans, selon les données officielles.

Cependant, la Turquie devrait donner la priorité à l’inversion de la fuite des cerveaux de ses travailleurs qualifiés vers les pays occidentaux, un phénomène inquiétant pour le marché du travail local ces dernières années, a-t-il souligné.

.

Leave a Comment