15 actions à acheter avec une récession peu probable mais possible : McCourt

  • La volatilité des marchés boursiers est à la hausse alors que les investisseurs se demandent si une récession est à venir ou non.
  • Le stratège de Raymond James, Tavis McCourt, reste optimiste quant à l’économie – avec une mise en garde.
  • Vous trouverez ci-dessous 10 actions cycliques à acheter pour une économie forte et cinq titres défensifs à posséder.

Tavis McCourt, stratège en actions institutionnelles chez Raymond James avec 23 ans d’expérience en investissement, maintient toujours sa vision à moitié pleine des marchés depuis début janvier. Les actions sans croissance devraient résister admirablement cette année, a-t-il déclaré à Insider dans une récente interview, tout comme l’économie.

Les perspectives ensoleillées de McCourt vont à l’encontre des baissiers boursiers qui deviennent de plus en plus bruyants. L’inflation qui a atteint des sommets en 40 ans, un


Réserve fédérale

cela devient beaucoup plus belliciste, et la guerre russo-ukrainienne a toutes été citées comme des signes d’un ralentissement à venir.

Ces risques valent la peine d’être surveillés de près et de se préparer, selon McCourt, mais pas en prenant une mesure drastique comme déplacer complètement son portefeuille en espèces.

“Wall Street veut toujours prédire la prochaine boucle catastrophique, n’est-ce pas? Mais la réalité est que c’est vraiment difficile”, a déclaré McCourt.

Consommateurs fortunés et dépenses saines rendent une récession peu probable

L’économie est stable parce que les consommateurs le sont, a déclaré McCourt. “La croissance des salaires est vraiment forte. Les gens ont de l’argent et ils le dépensent.” Des chèques de paie plus élevés conduisent à des portefeuilles plus gros, ce qui se traduit par plus de dépenses, même face à une inflation élevée.

McCourt a cité les perspectives optimistes de Dollar General (DG) dans son rapport sur les résultats de la mi-mars comme preuve que les consommateurs résistent malgré la hausse des prix. Bien que le point de vente bon marché ait juste atteint les attentes en matière de bénéfices et légèrement manqué ses revenus, il s’attend à une croissance des ventes de 10% en 2022.

“Chaque fois que Walmart ou Dollar General ou un grand détaillant qui dessert le spectre des revenus plus large ou les pourparlers à faible revenu, tout le monde a peur de dire quelque chose de vraiment négatif”, a déclaré McCourt. “Et ils disent en gros : ‘Nous n’avons encore rien vu.'”

McCourt a poursuivi: “Dépenser, c’est bien. Et je ne sais pas combien de temps cela dure. De toute évidence, la cohorte à faible revenu ressentira la pression en premier, mais je pense qu’elle est en bien meilleure forme que ne le craignent les investisseurs.”

D’autres raisons d’optimisme, selon McCourt, comprennent les économies excédentaires des programmes de relance de l’ère pandémique et les demandes de chômage qui ont atteint leur plus bas niveau en 52 ans. Et tandis que les prix plus élevés ont rongé le salaire net des travailleurs au cours de l’année écoulée, McCourt a déclaré que les salaires dépassent toujours l’inflation sur une base de deux ans, de sorte que les Américains se sentent à l’aise de dépenser.

“Nous ne constatons aucun ralentissement”, a déclaré McCourt. “Si quoi que ce soit, le consommateur s’est amélioré au cours des deux derniers mois, pas pire.

McCourt a poursuivi: “Le consommateur est plus riche qu’il ne l’a jamais été dans l’histoire des États-Unis.”

Les observateurs prudents du marché, comme l’économiste David Rosenberg, concéderont ce point – mais rétorqueront rapidement que la richesse des ménages américains est fondée sur le marché boursier. Si les actions et l’économie s’affaiblissent en même temps, selon l’argument, les consommateurs verraient leurs portefeuilles diminuer et décideraient de dépenser moins, ce qui ne ferait qu’exacerber le problème.

Bien que McCourt reconnaisse ce chevauchement inhérent entre les actions, l’économie et la santé des consommateurs, il a noté que de nombreux Américains – en particulier ceux de la classe moyenne ou inférieure – ont la majeure partie de leur richesse dans leur maison au lieu d’actions.

Et bien que l’idée d’un krach immobilier soit encore plus effrayante pour certains, McCourt estime que cette inquiétude est exagérée. Le marché du logement en feu “semble fantastique en ce moment”, a déclaré McCourt, ajoutant qu’il n’y voyait aucune faiblesse, car le manque d’offre fait grimper les prix des maisons.

L’inflation galopante des prix du pétrole est le principal risque pour marchés

Ce qui donne à McCourt une certaine pause, cependant, c’est la possibilité que les prix du pétrole deviennent incontrôlables. La guerre russo-ukrainienne a provoqué des perturbations de l’approvisionnement en pétrole qui ont fait grimper les prix du pétrole brut West Texas Intermediate et Brent de 46 % et 49 %, respectivement, jusqu’à présent en 2022.

Si les prix du pétrole et du gaz continuent de monter en flèche, les consommateurs finiront par réduire leurs dépenses en voyageant moins, ce qui serait un coup dur pour l’économie.

“Il y a un prix – je ne pense pas que ce soit le pétrole à 110 $ – mais si le pétrole passe à 150 ou 160 $, il y a un prix auquel nous allons commencer à fixer le prix d’un


récession

“, a déclaré McCourt.

La banque centrale américaine ne peut pas faire grand-chose maintenant pour se protéger contre ce scénario, à part une augmentation “agressive” des taux d’intérêt, a déclaré McCourt, ajoutant que c’est le niveau absolu des taux – et non le changement relatif – qui compte pour l’économie.

15 actions à acheter – peu importe ce qui arrive à l’économie

Aucun pronostiqueur du marché ne peut dire avec certitude si les États-Unis vont esquiver une nouvelle récession grâce à de fortes dépenses de consommation ou sombrer dans un ralentissement alors que les prix du pétrole grimpent, mais McCourt a des actions qui devraient bien se comporter quelle que soit la situation macroéconomique.

Les préférences de marché de McCourt sont inchangées depuis début janvier : il préfère les secteurs et les industries économiquement sensibles comme finances, énergie, les industriels, banqueset maçon sur des secteurs tels que la technologie, les biens de consommation de base, la santé et les services publics.

McCourt a énuméré 15 de ses choix d’actions préférés dans une note du 20 mars. Vous trouverez ci-dessous le ticker, la capitalisation boursière, la sensibilité économique (cyclique ou défensive), la note des analystes et le “thème sous-estimé”, selon les mots de McCourt, pour chacun, le cas échéant.

Leave a Comment