La faculté discute de l’environnement, du social et de la gouvernance (ESG), vote sur les révisions de la probation académique


Jack P. Carroll ’24

Rédacteur en chef

La faculté s’est réunie virtuellement le mardi 8 mars pour discuter de l’environnement, du social et de la gouvernance (ESG) et voter sur les révisions du comité des affaires académiques à la probation académique.

La présidente du Collège, Joanne Berger-Sweeney, a ouvert la réunion par une discussion sur l’ESG et son adoption potentielle à Trinity en préparation du bicentenaire du Collège l’année prochaine. Elle a décrit l’ESG comme “un ensemble de normes pour le fonctionnement d’une entreprise que nos investisseurs socialement responsables aiment utiliser pour envisager des investissements potentiels”. Berger-Sweeney a expliqué que les critères environnementaux se rapportent à la façon dont une entreprise se comporte en tant que gardienne de la nature. La composante sociale évalue la façon dont une entreprise gère les relations avec les employés, les clients et les communautés dans lesquelles elle opère. La gouvernance traite de la direction d’une entreprise et d’autres domaines, notamment la rémunération des dirigeants, les audits et le contrôle interne.

“Lors de conversations avec un certain nombre de personnes, je me demande si, dans le cadre des efforts du bicentenaire de Trinity culminant en 2023, nous, en tant que communauté du Trinity College, devrions prendre des engagements envers une génération de futurs bantams liés à l’ESG”, a déclaré Berger-Sweeney. Elle a en outre décrit l’ESG comme “une articulation de ce en quoi nous croyons et de qui nous sommes en tant que communauté”. Elle a indiqué que l’adoption de l’ESG serait un processus inclusif et itératif. Berger-Sweeney a révélé que différents comités du conseil d’administration avaient des conversations sur l’ESG. Les critères seront discutés avec un groupe constituant plus large lors de la réunion d’avril des administrateurs.

En réponse à la présentation de Berger-Sweeney, un membre du corps professoral a exprimé des inquiétudes quant à l’adoption de l’ESG. J’ai expliqué que de nombreuses entreprises risquent le « greenwashing », dans lequel les entreprises promeuvent des politiques respectueuses de l’environnement mais ne les mettent pas réellement en œuvre. “Quand vous dites ESG, il y a toutes sortes d’entreprises qui utilisent ce terme. Comment l’utilisez-vous? Sur quelles mesures vous basez-vous pour vous assurer que nous respectons notre engagement ? Je veux m’assurer que cela se passe d’une manière que nous pouvons pleinement adopter », a déclaré le membre du corps professoral à Berger-Sweeney. Le professeur a également demandé quels comités de faculté seraient impliqués dans l’élaboration de ces normes.

Berger-Sweeney n’a pas expliqué comment le Collège utiliserait l’ESG et a répondu au membre du corps professoral en déclarant : « Il ne s’agit pas d’essayer de définir comment quelqu’un d’autre définit notre engagement environnemental. Il s’agit d’essayer d’articuler pour nous-mêmes les engagements que nous serions prêts à respecter… que nous voulons prendre pour les générations futures.

La faculté a ensuite voté sur les révisions du Comité des affaires académiques à la probation académique. La professeure agrégée de psychologie Elizabeth Casserly, qui siège au comité, a présenté la motion qui contient quatre sections.

La première section stipule que « tout étudiant tentant moins de quatre crédits (pour les étudiants traditionnels) ou l’achèvement au cours des trimestres d’automne et de printemps d’un minimum des deux tiers des crédits (pour les étudiants IDP); ou, tout étudiant accumulant un semestre GPA de 2.0 ou moins, ou une seule note insatisfaisante (D ou F), recevra une « sensibilisation académique ».

La mention de sensibilisation académique apparaîtrait sur le relevé de notes d’un étudiant, mais pas sur son relevé de notes permanent. Une lettre serait envoyée à l’étudiant avec copie à son conseiller pédagogique l’informant de la notation. Les étudiants auraient alors à rencontrer leur conseiller pour discuter du rendement scolaire et identifier les voies d’amélioration. Les étudiants bénéficiant d’une aide financière recevraient une lettre d’éligibilité à l’aide financière leur rappelant les exigences académiques nécessaires pour le semestre à venir afin de maintenir leur aide.

Casserly a expliqué que la sensibilisation académique a été développée pour les étudiants qui reçoivent une seule note insatisfaisante au cours d’un semestre ou qui ont un semestre au cours duquel leurs notes sont particulièrement faibles. Elle a présenté la motion comme une solution aux défauts des normes de probation académique existantes “où certaines personnes qui, selon nous, devraient être en probation académique n’entrent pas actuellement dans ce type de système d’avertissement et il y a aussi certaines personnes pour lesquelles nous pensons que c’est un peu peut-être trop dur ou pas ce dont ils ont besoin.

Un membre du corps professoral a critiqué les normes de sensibilisation académique, affirmant qu’elles diluaient la rigueur académique du Collège. Il a expliqué qu’en vertu de la nouvelle politique, les étudiants qui obtiennent un seul D ou un F dans un cours ne recevraient pas un avertissement suffisamment ferme pour améliorer leurs notes : “le mot sensibilisation est tellement dilué et réduit que c’est presque comme si cela ne voulait rien dire. .” Le membre du corps professoral a également affirmé que la rigueur académique de Trinity avait progressivement diminué au cours des vingt dernières années. Il a souligné que gagner un F signifierait ne pas se présenter en classe, ne pas terminer de devoirs et ne faire aucun travail. Le membre du corps professoral a également remis en question les motivations de la révision du système de probation académique existant : “Si l’impulsion pour le faire est le nombre de demandes de dispense de probation académique que le Comité reçoit, alors peut-être que la meilleure façon de le gérer est de, vous savez, ne pas approuver demandes sérieuses de suppression de la probation académique.

La première section de la motion établissant la sensibilisation académique a été adoptée avec 76 votes oui, 10 non et 14 abstentions.

La deuxième section exige que les étudiants qui reçoivent une sensibilisation académique pendant deux semestres consécutifs ou trois semestres au total reçoivent un « avertissement académique ». La troisième section stipule que les étudiants qui obtiennent plus d’une note insatisfaisante (D ou F) au cours d’un même semestre ou qui ne parviennent pas à maintenir de bons résultats scolaires seront placés en «probation académique». La quatrième section exige que les étudiants qui obtiennent une probation académique au cours de deux semestres consécutifs ou de trois semestres au total effectuent un « retrait requis » d’un semestre de Trinity. Chacune de ces motions a été adoptée.

Leave a Comment